Logo

Logo burger menu

Mon expérience

Si le web semble être un monde seulement et entièrement numérique, la réalité est en fait tout à fait différente. Grâce à la conférence de Charlotte Dann, Taking The Web Off The Screen, il m’a été possible de découvrir ce que le code peut nous offrir, et comment le transmettre à notre matérialité.

Slides de la conférence

L’art du code

La première chose que nous démontre Dann, c’est que le code est un outil puissant, avec lequel il est possible de créer de l’art. En effet, grâce aux outputs d’un code, il est tout à fait envisageable de créer des formes, des matières, des rendus, et ainsi entrer dans un processus de création à travers la programmation. Entre autres choses, Charlotte Dann nous démontre ainsi comment générer des patterns via CSS, ou encore comment elle a mis au point un programme établissant des formes sur le principe du Game of Life de Conway. Cependant, un problème persiste : cet art que l’on crée par le web doit-il nécessairement être pour le web ?

Slides de la conférence

Du digital à l’analogique

S’il y a bien une chose à laquelle nous incite Dann, c’est à transmettre nos créations numériques à notre monde matériel - en somme, de sortir le Generative Art de nos écrans. Elle met particulièrement l'emphase sur l’importance qu’a le toucher pour un artiste : pouvoir ressentir ses créations est une sensation unique à l’art, et elle se lamente de ce manque lorsque ses codes restent confinés au web. Elle nous propose alors, toujours avec beaucoup de conseils, de solutions abordables et d’ingéniosité, des solutions pour sortir l’art de l’écran. Si elle nous présente d’abord des moyens simples, comme la simple imprimante pour afficher nos créations, elle se penche par la suite sur des techniques plus complexes (le Pen Plotting, le laser, ou les imprimantes 3D, pour en nommer quelques-unes). Et c’est là, qu’à mon sens, vient la plus belle leçon de cette conférence.

Slides de la conférence

En effet, Charlotte Dann nous explique comment, en mélangeant code, moulage, imprimante 3D, et montage manuel, elle a su créer un projet de bijoux uniques, générés par le client via le code, puis créés par son entreprise. En plus d’être une leçon de créativité et de persévérance, j’en retiens une chose : il n’existe pour seule limite à la création que notre imagination. En combinant analogique et digital, les possibilités se multiplient, créant une forme d’art nouvelle, ou il nous est plus que jamais permis d’expérimenter et d’innover.